Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Génépi et l'Argousier

Traité du savoir-survivre de Philippe Val

19 Mars 2007 , Rédigé par Jean-François Publié dans #Essais, documentaires

 
Livre de philosophie plutôt que pamphlet politique : voilà un Philippe Val là où ne l'attendait pas. Admirateur de Spinoza, Philippe Val, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, nous invite à la réflexion. Comment pourrions nous définir un démocrate laïc au XXIème siècle ?

Son Traité du savoir survivre par temps obscurs nous permet de mieux comprendre les enjeux philosophiques qui sous-tendent les idéaux politiques, la vie civique et sociale, l'athéisme...
En partant de cette grande dualité entre la Culture et la Nature, Philippe Val évoque ce qui définit les lois de l'espèce et la tension, éternellement inassouvie, qui nous pousse vers l'individualisation et la civilisation. Comment s'émanciper des lois de l'espèce - se reproduire pour se perpétuer - pour finalement devenir un être pensant et culturel ? Le premier mouvement vers cette libération date des tout premiers temps et du concept de la "mort du père". Philippe Val fait appel aux théories freudiennes pour nous éclairer sur ce point. Adam et Eve, n'auraient pas été chassés de l'Eden par Dieu, ils seraient partis d'eux même et auraient ainsi choisi d'affronter, en toute conscience, la mort. Car c'était le seul moyen de pouvoir vivre et devenir heureux. Ils ont renoncé à être heureux pour tenter de
le devenir. Tout son exposé tient ici, dans l'idée de conscience, dans le fait de la conscience d'avoir conscience. A quoi sert d'être heureux si l'on n'a pas conscience de le devenir ?
Bon, j'avoue que la lecture n'est pas toujours simple, mais c'est salutaire.
Je vous conseille certains chapitres : "Comment la culture vient aux animaux", "Schubert et les SS" ou "La mélancolie".

Florilège

"Celui qui a la chance de ne jamais être mélancolique a également la malchance d'être un abruti".

"Il faudrait enseigner aux enfants que dans une controverse, c'est celui qui est convaincu par l'autre qui gagne, car il a appris quelque chose tandis que son contradicteur repart comme il est venu avec pour seule consolation le plaisir - non négligeable - d'avoir partagé quelque chose avec un semblable."

Je trouve le chapitre 8 "Petite réflexion sur le spinozisme et les juifs et l'exil" un peu léger. L'argument qu'il utilise pour justifier le droit du peuple juif à revendiquer la terre d'Israël est un peu fallacieux. Il pense que la Bible est à l'origine de ce droit non pas parce que c'est écrit et que la Bible le dit mais parce que c'est une oeuvre littéraire et qu'elle produit du sens, du logos, de la science et que cela justifie un peuple à revendiquer son droit sur une terre. C'est intéressant mais je trouve qu'il ne va pas assez loin dans la dénonciation de l'idée de revendiquer une terre. Car ce n'est finalement qu'une soumission aux lois de l'espèce qui nous pousse à nous définir par rapport à l'autre et à combattre cet autre justement parce qu'il est différent.
Finalement l'exil ne serait-il pas une sortie honorable ? Qu'en dit-il ?

"L'exil est une source de la pensée universaliste et pacifiste. Ne pas y boire, c'est renier la seule identité qui vaille, celle qui nous attache tout ce qui est pourvu d'une conscience réflexive."

Bon, je ne sais pas si je vais réussir à vous convaincre d'y jeter un coup d'oeil ? Il est bien difficile de rendre compte d'un tel livre en essayant de rester le plus concret possible. Celui-ci ou un autre, ce qui m'importe c'est finalement les sujets soulevés, les lièvres débusqués qui vont nous faire courir dans les méandres de nos pensées : celle de l'auteur, la notre et celles des personnes avec qui nous en discutons...

Traité du savoir survivre par temps obscurs de Philippe Val, Grasset, Paris, 2007 -  16,50 €.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article