Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Génépi et l'Argousier

L'école est finie - Yves Grevet

28 Août 2013 , Rédigé par Jean-François Publié dans #Romans, #Ecole, #Alimentation, #Yves Grevet

L'école est finie - Yves Grevet

En cette période de rentrée des classes quoi de plus naturel que de vous plonger dans un petit roman jeunesse intitulé "L'école est finie" ! Petit pamphlet s'adressant tout autant aux parents qu'aux enfants et aidant à réfléchir à l'école que nous aimerions avoir...

 

Yves Grevet est né en 1961. Enseignant, il exerce en primaire en région parisienne dans une ville nouvelle. Il est l’auteur de la trilogie de science-fiction « Méto » qui a été récompensée par plusieurs prix (Tam-Tam). Ses ouvrages abordent des thèmes ancrés dans les réalités sociales. Il signe ici un court et percutant roman d’anticipation et de politique fiction, véritable plaidoyer pour l’école publique, doté d’une réflexion sur le rôle de l’éducation et de l’alimentation dans nos sociétés modernes.

Nous sommes en 2028 (demain) et suivons le parcours de deux enfants, Albert et Lila. Cela fait longtemps que l’école n’est plus gratuite. L’État a fait appel aux entreprises pour financer l’enseignement. De plus, une instruction à deux vitesses a vu le jour. Pour les parents les plus pauvres, ceux qui ne peuvent payer une éducation à leurs enfants, un contrat avec une entreprise leur est proposé pour la durée de la scolarité de leur enfant. Ces derniers sont pris en charge mais doivent aussi travailler pour une société privée. Pour Albert, c’est l’entreprise « Maisons et jardins », où il apprend à devenir un employé modèle ; pour Lila, c’est l’école « Speed-fooding », où les repas de midi sont gratuit (et où les enfants se portent –trop- bien). Encadrés par des démonstrateurs pédagogiques (les maîtres), les élèves de ces écoles sont récompensés de leur travail avec des bons de réductions. Face à ce système inégalitaire, certains parents vont avoir recours à l’école de la résistance, « l’école du maquis », où des enseignants à la retraite prennent en charge clandestinement les enfants ; ce sont des écoles de la liberté pour apprendre et partager autrement.

Un petit livre pour réfléchir, car ce qui se profile n’est pas loin des réalités : nombres de collectivités commencent à dépouiller nos écoles et collèges en privatisant certains la cantine d’autre l’entretien, bientôt l’enseignement ?

Est-ce un roman pour de futurs indignés ? Peut-être... Mais aussi pour apprendre aux parents à réagir et à ne pas laisser dériver la société vers ces extrémismes.

 

C’est bien à l’État que revient la responsabilité d’organiser la scolarité des enfants de la République, en dehors des pressions des lobbys, qu’ils soient alimentaires, industriels ou touristiques ! C’est aussi aux Collectivités Locales (mairies, départements et régions) d’assurer, en lien avec l’Éducation Nationale, l’organisation des temps scolaires. En cette période de transformation, il importe de rester vigilant et d’accompagner sereinement les évolutions en cours (rythmes scolaires) sans se laisser influencer par des corporatismes, fussent-ils enseignants ou touristiques.

Extrait

« Dans la cour, mon seul regret, c’est de ne pas retrouver mon amoureuse, la magnifique Lila... Elle aussi fait partie des enfants de pauvres qui, dès le CP, travaillent en alternance dans des entreprises parce que leurs parents ne peuvent pas payer les frais de scolarité des écoles ordinaires. Les siens ont choisi l’autre alternative locale, un restaurant de la chaîne Speed-fooding, pour une raison bien simple : le repas du midi y est offert... Lila se contente d’apprendre à cuire différentes denrées surgelées, à éplucher des fruits et des légumes transgéniques ou à faire le ménage. »

L’école est finie

Yves Grevet, Syros, collection Mini Syros, 2012 – 3,00 € 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article