Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Paracuelos - Carlos Gimenez

6 Octobre 2010 , Rédigé par Jean-François Publié dans #Patrimoine

 

Paracuellos c’est le surnom de l’un des nombreux foyers de l’Assistance Sociale de l’Espagne franquiste, le foyer de Batalla de Jarama. Ce genre de foyer était souvent administré par des religieux.

 

Ce sont les petits moments du quotidien d’un foyer d’enfant qui nous sont racontées sur deux à trois pages. Ces histoires ont paru une première fois dans les années 1970. Dans sa préface l’auteur précise bien que toutes ses chroniques sont tirées de faits réels, rien n’est inventé. Elles forment un recueil de 6 tomes et sont largement autobiographiques. Carlos Gimenez a vécu lui-même ces histoires, ou entendu ces anecdotes contées par d’autres enfants.

 

On découvre ainsi toute une ribambelle d’enfants, portraits justes et attachants, les enfants sont à la fois tendres et cruels. Ils subissent les conditions de vie qui leur sont imposées. Le choix de leurs parents (pour ceux qui les ont encore, tous ne sont pas orphelins) de les confier à l’institution et les règles de vie fortement hiérarchisée. Ces règles sont fondées sur la religion omniprésente et l’instruction militaire où la violence, institutionnalisée, sert les adultes dans l’asservissement des enfants qui leur sont confiés. Les rapports entre adultes et enfants sont loin d’être sains et basés sur les notions de respect et de confiance. Du coup l’entraide devient une valeur incontournable pour ces enfants qui cherchent par tous les moyens à adoucir leurs conditions de séjours. La faim étant leur souci principal, la possibilité d’échapper aux brimades et coups des adultes venant ensuite, ils développent des stratégies multiples et variées, mais ne sont pas à l’abri de trahisons et de déceptions profondes.

 

Le portrait de leur condition de vie n’est donc pas très gai. Mais la façon dont Carlos Gimenez aborde cette expérience est empreinte d’émotions et de respect. Les dessins en N&B sont très expressifs et restent dans un registre doucement caricatural : ce ne sont pas des « gros nez », mais tous les personnages ont les « oreilles décollées » qui donnent aux enfants un air naïf, coquin et doux. Les trognes des adultes sont aussi très expressives mais traduisent leurs perversions et travers moraux. La dureté de leur trait, la confirmation de leurs défauts physiques,  sont en concordance avec l’expressivité de leur violence physique et morale.

 

Il est à noter que Paracuellos de Carlos Gimenez  a reçu le Grand Prix du Festival d’Angoulême en 1981 (ce devait la première traduction française - par Gotlib – du premier recueil) et a reçu le prix du patrimoine en 2010 pour l'édition complète que je vous présente.

 

Grand article sur Carlos Gimenez sur BDzoom.  

 


Paracuelos

Carlos Gimenez, Fluide Glacial, 2009 – 35,00 €.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article