Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Génépi et l'Argousier

Liban, les larmes ont la couleur de l’eau - Laurice Schehadé

10 Octobre 2009 , Rédigé par Jean-François Publié dans #Poésie et Comptines

 

Laurice Schéhadé, sœur du grand poète et dramaturge libanais Georges Schéhadé est une romancière libanaise francophone.

 

La plupart de ses récits sont des fictions largement autobiographiques. Liban, les larmes ont la couleur de l’eau ne déroge pas à la règle. En neuf très courts chapitres Laurice Schéhadé nous entraîne dans un Liban vivant, au cœur d’une famille et d’un village riche de personnalités parfois croquignolettes, parfois étranges et inquiétantes, toujours intéressantes et savoureuses. C’est avec le regard d’une petite fille que nous voyageons dans les rues et les maisons de ce village libanais. L’intérêt de ce livre réside aussi dans la qualité d’une langue parfaitement maîtrisée, douce et tendre, riche et fraiche. La poésie n’est pas loin de cette prose.


Extrait : « Je rêvais et ne parlais jamais de mes rêves. Dans ma famille, j’étais la plus obstinée, la plus silencieuse, aussi m’accusait-on de n’aimer rien, ni personne. J’aimais pourtant mes parents, l’arbre que je voyais de ma fenêtre, le bruit de la pluie et d’autres choses encore que je ne connaissais pas. J’étais une étrange et douce petite fille. »

« Quand je connus cette parente de mon père, elle était déjà vieille, toussait beaucoup et promenait avec elle un narghileh fleuri dont elle tirait d’immenses bouffées entre des phrases savoureuses empruntées au parler du peuple. Ses cheveux, dans leur jeunesse d’un beau roux, passaient alors, suivant ses caprices, du noir au jaune, ou en cas de deuil à un blanc sale et sorcier. Sa peau ridée, couleur brique, faisait paraître infiniment drôles et perdus ses yeux d’un bleu tendre et gris, des yeux de jeunesse allemande. Son nez parfaitement aquilin, pareil à celui de mon père, achevait le contraste, lui donnant l’air d’un oiseau de proie malade, et par moments, celui d’une grande-duchesse russe. »

 

 

Le site de l'éditeur Fata Morgana.


Liban, les larmes ont la couleur de l’eau

Laurice Schehadé, Fata Morgana, 2004


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Catherine 16/04/2012 14:41


Mais je le fais ! Grâce aussi aux Agents littéraires

Jean-François 26/04/2012 22:57



Tiens une très bonne idée, je vais prendre contact avec eux !! Merci beaucoup ....



Catherine 05/04/2012 23:30


Je ne connaissais pas cet éditeur

Jean-François 16/04/2012 14:26



Ca vaut le coup de se pencher sur les petits éditeurs de temps en temps !!!



Marie 13/10/2009 12:29


Ces deux extraits sont superbes et donnent vraiment envie de découvrir la plume de cet auteur...


Jean-François 16/10/2009 09:10



C'est plein de douceur, un peu comme les patisseries libanaises...