Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Génépi et l'Argousier

L’affaire du chien des Baskerville - Pierre Bayard

20 Décembre 2009 , Rédigé par Jean-François Publié dans #Essais, documentaires, #Pierre Bayard, #Arthur Conan Doyle, #Roman Policier

L’affaire du chien des Baskerville - Pierre BayardL’affaire du chien des Baskerville - Pierre Bayard

Dans ce nouveau livre, Pierre Bayard, l’auteur du déjà célèbre Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ? (traduit en plus de vingt langues), continue son exploration des grands crimes soit disant résolus de la littérature en soumettant Le chien des Baskerville d’Arthur Conan Doyle à la méthode d’enquête qu’il a inventé : la critique policière. Cette méthode lui a déjà permis de passer à la moulinette Lemeurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie et la tragédie de Shakespeare Hamlet (Qui a tué Roger Ackroyd - 1998 et Enquête sur Hamlet - 2002). Elle lui a été inspirée par la lecture de travaux de critiques américains mettant en doute la version traditionnelle de l’assassinat de Laïos par son fils Œdipe dans Œdipe roi de Sophocle.

 

Pierre Bayard va reprendre le travail de Sherlock Holmes et montrer que cette enquête est entachée d’erreurs. Son principe de base est de prétendre que les personnages de fiction ont une vie propre, hors de la mainmise de leur créateur. Conan Doyle ne maîtrise donc plus sa créature, à tel point qu’il est obligé de la ressusciter après s’en être débarrassé. Le chien des Baskerville est ainsi écrit après la disparition de Sherlock Holmes dans Le dernier problème, ultime aventure du célèbre enquêteur. La pression du public et de son éditeur auront raison de la détermination de l’auteur à en finir avec sa créature. Le chien des Baskerville voit le retour de Sherlock Holmes d’une étrange façon. C’est Watson qui fait la majeure partie de l’enquête, Holmes n’intervient qu’au début de l’histoire et lors du dénouement. Pourquoi ?

Pierre Bayard nous guide dans cette contre enquête qui lève le voile sur bien des aspects de la création littéraire, sur les personnages réels ou fictifs de Conan Doyle et Sherlock Holmes, sur les ressorts d’une écriture particulière. Nous redécouvrons les protagonistes de cette histoire, leurs motivations, leurs parcours (tous mènent une vie autonome en dehors de la volonté même de leur créateur) et nous en apprenons aussi beaucoup sur Arthur Conan Doyle, ses doutes, ses rancœurs…

Après cette lecture, chaque énigme résolue devient ainsi suspecte. Comment peut-on alors être sûr que la vérité proposée par un auteur de roman policier, révélée par un célèbre détective fut-il infaillible, soit la bonne ? Les assassins ont ainsi de beaux jours devant eux et la listes des victimes innocentes des erreurs policières risque de s’allonger…

Extrait : « Si Holmes est bien à son insu le co-auteur de cette histoire, il reste à identifier, parmi tous les narrateurs qui se relaient dans ce roman, celui qui ne cesse, en instillant subtilement la légende de l’assassin au chien dans l’esprit des protagonistes du drame ainsi que des lecteurs, de transformer, au service de ses propres intérêts criminels, leur perception de la réalité. »

La lecture est captivante dès les premières pages. Nous sommes entrainés dans cette contre enquête d’un niveau relevé mais accessible à tout un chacun y compris à ceux qui n’auraient pas eu l’heur de lire ce roman de Conan Doyle. La première partie revient sur l’histoire et ses protagonistes avec précision et concision.

 

Clic-clic, des liens Internet pour aller plus loin :

L'affaire du Chien des Baskerville

Pierre Bayard, Les éditions de Minuit, collection Paradoxe, 2008 - 14,50 €.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Luna 04/07/2011 11:14



Effectivement, je ne valide pas les commentaires qui tiennent plus de l'agression que de la critique. Ce qui sera également le cas de ce dernier. Il n'apporte rien à mon article et n'a absolument
rien à voir.


 


Quand je parle d'un livre et qu'après je dis que je viens donner mon avis dessus, plus complet sur mon blog, c'est normal que je dise "ce". C'est l'une des base du français.


 


J'ai lu votre article alors ne me traiter pas de menteuse. Vous ne me connaissez pas donc aillez le respect de ne pas me juger.


Je ne fais pas la course aux commentaires, au contraire et j'aime avoir l'avis des autres personnes, surtout quand elles ont un avis contraire au miens. (sinon je ne supprimerais sans doute pas
sans arrêt les "comment ça va ?")


Alors arrêter donc de me juger, où ouvrez-vous : parce que là à part écrire des accusations sans prêter attention à ce que je dis, vous ne faites pas grand-chose d'autres. Avoir du respect pour
les autres c'est aussi lire ce qui est écrit et essayer de comprendre au lieu de camper sur vos idées comme vous êtes en train de le faire.


Ne venez pas me dire d'écouter les avis des autres, vu que c'est ce que je fais, alors qu'il vous est inconcevable de comprendre que j'ai lu votre article ! Alors que le lien est peut-être
minime, mais il est présent. Je verrais une recette de cake à la carotte, il serait fort probable que je laisse comme commentaire "c'est bon, mais c'est dommage j'y suis allergique". Alors
ouvrez-vous ou laissez-moi tranquille. Ressassez sans arrêt est agaçant et n'apporte rien.


Peut-être que je lirais ce livre, même si ni le genre ni le thème ne m'intéresse...


 


Sur ce bonne semaine.


 



Jean-François 08/07/2011 10:55



Merci et sachez que je ne vous juge point. J'essaye juste de comprendre le sens des commentaires qui sont postés sur mon blog et tente de rectifier lorsque des erreurs s'insinuent.



Luna 02/07/2011 08:11



Ben, dis-donc, votre commentaire sur mon blog ressemblait fort à une attaque en règle. C'est pour ça que je me suis permise de le supprimer.


Je n'aime pas vraiment la sensation d'avoir l'impression de passer pour une c*nne --'


 


J'ai envie de vous dire : "Soyez ouvert !"


Ce n'est pas parce que je dis "Je n'ai pas aimé lire Le chien des Baskerville" que je n'ai pas pour autant lu votre article sur ce livre de Pierre Bayard qui, Ô surprise, traite justement de
cette histoire de Sherlock Holmes. Ben, tiens, si ce n'est pas une coïncidence...


Je serais venue faire de "la pub", j'aurais posté cet avis sur n'importe lequel de vos articles, mais ce n'est pas le cas. Parce que le thème reste globalement le même : vous auriez lu un livre
sur Jane Austen, je vous aurais dit que je n'aime pas ses livres parce que je n'aurais certainement pas lu ce livre là non plus.


Et vu le livre de Bayard que vous lisez, il y a de fortes chances que vous ayez également lu Le chien des Baskerville.


 


Bref, si une prochaine fois, je vous importune, effacer le commentaire, ça ira plus vite. Et pas la peine de m'envoyer un commentaire limite irrespectueux et assassin...


Sur ce, bon weekend :)



Jean-François 04/07/2011 10:57



Bonjour (je met ici la réponse que j'ai écrit sur votre blog, de peur qu'elle disparaisse à nouveau)...
Il ne me semblait pas être irrespectueux, ni agressif, en tout cas pas autant que votre premier message sur mon blog qui - relisez le - est vraiment à côté de la plaque, vous mentionnez même
avoir publié votre article sur "ce" livre sur votre blog.
Irrespectueux, vraiment car sur votre blog c'est bien le livre de Conan Doyle qui est billeté et non celui de Pierre Bayard. Dommage, que vous n'ayez pas le courage de la polémique, ni celui de
reconnaitre que vous n'avez pas lu mon billet lorsque vous avez posté votre prose, à moins que vous ayez juste oublié d'écrire que vous parliez d'un autre livre, ce qui est fâcheux, mais
courant.
Nombreux sont ceux qui courent après les commentaires, fussent-ils insipides et jalonnent les blogs de petits messages d'invitation à venir sur le leur lire leur prose, j'ose espérer que vous ne
faites pas parti de ceux là. Je ne pratique pas cela et suis même prêt à vous intégrer dans ma liste de blog à visiter. Ce qui m'intéresse c'est que l'on parle des livres, qu'on défende ce qui
nous plait, qu'on analyse nos lectures. Ainsi la discussion sur certains livres peut-être passionnante quand on rencontre un blogueur qui ne partage pas notre avis. Encore faut-il que nous
parlions de la même chose. Ce qui n'était pas le cas dans nos échanges de commentaires... par contre vous trouvez mon article "joli", je vous en remercie, j'espère que vous reviendrez commenter
nos lectures communes ou les autres...

Je ne peux que vous conseiller une nouvelle fois ce que vous conseillent deux de vos lecteurs Oncle Paul et Sharon : lisez Pierre Bayard et revenez en discuter sur la toile... et n'ayez pas peur
des mots...

P.S. : si mon premier message ne vous plait pas, je peux vous proposer une nouvelle version plus douce...



Luna 01/07/2011 10:12



Je viens de terminer le livre, et je ne suis pas du tout emballée, ni même enchantée par cette lecture... Vraiment déçue en fait !
Trop carrée, trop clichée, trop polie : c'est pas assez vivant pour moi... Tant pis !
Peut-être que le film me plairait davantage ?!

Si ça t'intéresse, je viens de publier mon avis sur ce livre sur mon blog...
Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!



Jean-François 01/07/2011 15:32



Ce qui est dommage, c'est que nous ne parlons pas du même livre : vous du livre de Conan Doyle et moi celui de Pierre Bayard.


Lisez donc "L'affaire du chien des Baskerville" et revenez m'en dire un mot. Nul besoin d'avoir adoré ou non l'original de Conan Doyle pour l'apprécier. Et vous verrez, rien de tout ce qui vous
fait fuir chez Conan Doyle ne se trouve chez Pierre Bayard.


à bientôt... !



Ys 20/12/2009 19:35


J'ai lu celui sur Le meurtre de Roger Ackroyd et l'exercice m'a semblé assez vain, en tout cas, ça ne m'a pas donné envie de retenter l'expérience avec une autre enquête...


Jean-François 13/01/2010 15:35



et pourtant, certains trouvent cet exercice passionnant, ou tout au moins curieux.