Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Génépi et l'Argousier

NonNonBâ de Shigeru Mizuki

4 Avril 2007 , Rédigé par Jean-François Publié dans #Shigeru Mizuki, #Mangas, manwha, BD asiatiques

Carte postale en vente au Kawanabe Kyosai Memorial Museum

Les Yokaï sont des créatures issues du folklore japonais. Celui-ci, baigné d'animisme (le Shintô est une religion animiste), fait la part belle aux esprits de toutes sortes, notamment ceux qui sont associés aux éléments (feu, terre, eau, air), à la nature et à tout ce qui peut entourer les hommes et leurs activités (maisons, véhicules, objets du quotidien...). Ces créatures apparaissent à certaines heures ou lieux, et ont généralement une apparence non-humanoïde, allant d'un aspect grotesque et comique à la plus monstrueuse et terrifiante incarnation. Cette tradition trouve des échos dans d'autres sociétés animistes, je pense au Toupidek inuit, aux sociétés africaines et amérindiennes où les fétiches ont une grande importance, mais on peut penser aussi plus près de nous aux mythes celtes et nordiques avec leurs cortèges de Trolls, Korrigans et autres créatures maléfiques ou fantasques.

Pour en savoir plus sur les Yokaï, cliquez sur ce lien vers le site de l'exposition de la maison du Japon : Yokaï, Bestiaire du fantastique japonais.


Vous y découvrirez notamment que Shigeru Mizuki (しげる 水木) est un auteur japonais qui fait la part belle dans son oeuvre aux Yokaï.

NonNonBâ est justement un de ces premiers livres traduit en France, paru en septembre 2006, il n'aura pas mis longtemps à faire parler de lui puisque c'est le livre qui a reçu le prix du meilleur album au Festival d'Angoulême, cette année. Depuis sont paru deux autres livres de
Shigeru Mizuki : 3, rue des mystères : et autres histoires et Kitaro le repoussant (deux volumes).

NonNonBâ c'est l'histoire d'une amitié entre un petit garçon d'une dizaine d'années, Shigeru et NonNonBâ, une vielle dame, mystique et superstitieuse. NonNonBâ est accueillie dans la famille de Shigueru car elle est pauvre, en échange de menus travaux. Elle va raconter ses histoires à Shigueru et les Yokaï vont venir peupler les rêves de l'enfant, l'aidant quelquefois et lui compliquant souvent sa perception du réel. Chroniqueur d'une époque, le début des années 30, et d'un lieu, une petite ville de la côte ouest du Japon, 
Shigeru Mizuki n'a pas son pareil pour décrire les moeurs enfantines (on se croirait parfois dans la Guerre des boutons) et les relations familiales. Shigueru est confronté à des évènements dramatiques qui l'aident à grandir. La famille de Shigueru est assez atypique, il est coincé entre deux frères, avec une mère aimante et exigeante et un drôle de père qui ne considère pas le travail comme important mais accorde à la culture une place prépondérante. Il profite d'un licenciement pour monter un cinéma. Sa vision de la vie est assez peu commune, il aide aussi souvent que possible ces fils à grandir selon une philosophie toute particulière.

Extraits
 dialogue entre le père et son fils attristé par la mort de son amie :

Shigueru - Chigusa-san fait un beau voyage dans le dix mille milliardième monde. Je me dis ça pour essayer de ne pas être triste... Mais c'était quand même trop tôt pour partir...
Le père - Prends bien soin de ton chagrin, c'est un trésor... Chigusa-san t'a donné un beau souvenir... L'école, tu sais... il suffit de travailler juste assez pour ne pas rater les examens. Mais ce qui compte vraiment, c'est d'accumuler les trésors de l'instant qui passe...


dialogue entre le père et la mère de Shigueru :

Le père - J'ai un peu trop travaillé... Je suis fatigué...
La mère - Hein ? Des vacances !? Qu'est ce que tu veux dire ?
Le père  - Je vais rester ici et me reposer un certain temps.
La mère - Te reposer ? Et ton patron est d'accord ?
Le père  - D'accord ou pas peu importe, je me repose, un point c'est tout.

Les dessins, quant à eux, sont sobres et magnifiques, mêlant caricatures et descriptions réalistes avec bonheur et harmonie.



L'ouvrage est édité chez
Cornelius, formidable éditeur de Prince Norman d'Osamu Tezuka.
Lire aussi Opération mort du même auteur.

Lire les critiques de Florinette, Gachucha et Tamaculture


NonNonBâ de Shigeru Mizuki, Cornélius, collection Pierre, Paris, 2006 - 29,00 €

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BMR & MAM 11/04/2007 20:17

Ah ça fait quelques semaines que je tourne autour de cette BD, notamment à chaque fois que je passe à la fnac !Jusqu'ici j'ai toujours hésité ... le style "enfantin" (tu parles de la guerre des boutons dans ton billet) me rebutait un peu ...Je vais attendre quelques critiques avant de franchir le pas et de retrouver la grand-mère NonNonBâ ... !

Jean-François 14/04/2007 11:12


C'est une chronique sur l'enfance et la famille, sur l'imaginaire et les traditions japonaises. Le style enfantin n'est pas rebutant. Je ne pense pas que l'on puisse dire que ce soit ce style qui
domine, le propos de l'auteur est bien de nous embarquer dans un voyage où l'imaginaire enfantin se trouve magnifié par un imaginaire traditionnel (porté la grand-mère NonNonBâ). De plus les
relations familiales, notamment Père-Fils, sont un élément fort intéressant dans cet ouvrage qui parle de transmissions de valeurs et d'apprentissage de la vie..


Florinette 07/04/2007 21:31

Là, je craque complètement, merci Jean-François pour cette découverte et bon week-end de Pâques !

Killroy 05/04/2007 18:33

Les graphismes sont magnifiques, je pense que je vais craquer... ;)
Bonne soirée :)

Gachucha 05/04/2007 15:13

Comme Fanyoun je l'ai, mais je n'ai pas encore commencé la lecture. Mon libraire BD me l'a recommandé, mais je n'étais pas encore décidée. C'est chose faite, ce que tu racontes me séduit bien, je vais avoir le temps de lire aussi  son article avant de m'y mettre, car comme tu dis c'est un pavé...

fanyoun 05/04/2007 10:32

Je l'ai ! Je l'ai ! Ce sera ma prochaine lecture. Mon fils de 12 ans l'a lu avant moi et l'a trouvé très chouette (Euh... J'espère que cette BD est adapté pour des enfants de cet âge). Maintenant que j'ai lu ta critique, j'ai vraiment hâte de la commencer.

Jean-François 05/04/2007 13:37


Pas de soucis, accessible pour bon lecteur dès 10 / 12 ans, à conseiller, inciter, promouvoir. La lecture n'est pas simple, c'est un pavé, mais passionnante et distrayante.


Elfe 05/04/2007 09:15

J'en ai souvent entendu parlé dernièrement de celui-ci!! Il va vite falloir que je me le procure!!