Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Génépi et l'Argousier

Un automne à Hanoï et Quitter Saïgon de Clément Baloup

24 Avril 2007 , Rédigé par Jean-François Publié dans #Bandes dessinées

Il y a quelques temps (le 6 mars), j'évoquais dans ces colonnes Quitter Saïgon de Clément Baloup, j'ai lu depuis Un automne à Hanoï du même lascar et paru deux ans plus tôt. Je réactive donc ce billet pour vous livrer la suite de mes lectures.

Dans cette bande dessinée, Clément Baloup nous raconte un voyage au VietNam. Parti faire un stage à l'école des Beaux Arts d'Hanoï, l'auteur nous fait partager ses rencontres et ses voyages. Nous sommes loin des clichés et nous cheminons hors des sentier battus. On ne connait bien un pays qu'en connaissant les gens qui y vivent, Clément Baloup suit des jeunes étudiants qui lui ressemblent mais qui sont pourtant si étrangers à ce qu'il était venu chercher : un retour au source, au pays de son père.
Chronique d'une jeunesse contemporaine qui considère les frontières comme une richesse, vertu de la différence et des échanges culturels assez loin finalement de la jeunesse décrite dans le livre suivant pour qui les frontières sont un carcan derrière lequel se cache souvent un monde meilleur.

Quitter Saïgon, voici un parcours intimiste que nous livre Clément Baloup. En trois récits de vie, il nous fait partager les souvenir de réfugiés Vietnamiens : les Viet Kieus.
Le premier récit, très personnel nous amène à la rencontre de son père et à son exode. Le temps d'un examen de conscience pour le fils lorsque le père évoque sa chance : lui au moins a pu fuir en avion.
Le second témoignage évoque les camps où étaient envoyés les fonctionnaires de Saïgon par les communistes lorsqu'ils prirent la ville : cinq années de lavages de cerveau, de déshumanisation et de privations...
Le dernier récit permet d'évoquer les différentes occupations : françaises, japonaises, américaines ; et le sort réservés aux occidentaux par les japonais. Le témoin dut en souffrir, car bien que vietnamien, un de ses aïeuls français lui avait légué des cheveux blond et des yeux verts-bleus.
Nous lisons là des jeunesses passées dans un pays perdu, et c'est un passé, bien présent dans les esprits des protagonistes, que Clément Baloup nous invite à partager et à conserver.
Le talent de Clément Baloup se découvre aussi dans son illustration si personnelle et tellement belle, flirtant avec le fauvisme. Ces portraits sont particulièrement réussis, son découpage et sa mise en page sont au service du récit. Les souvenirs sont traités en monochrome et les couleurs explosent pour dépeindre le présent.


Clément Baloup fait partie du collectif "la maison qui pue" composé de dessinateurs et auteurs talentueux issus de l'école des Beaux-Arts d'Angoulême. Je l'avais déjà remarqué dans un récit d'aventure historico-politique ayant pour toile de fond les immigrés asiatiques en France :  Chinh Tri, dessiné par Mathieu Jiro et paru au Seuil.

Voir le blog de Clément Baloup : Electricblogbaloup.
Lire un interview et voir quelques planches.
Lire aussi une belle chronique de Jessie Bi.
Découvrir le site de l'éditeur : la boîte à bulle.

Un automne à Hanoï de Clément Baloup, La Boîte à bulles, collection Champ libre, Antony (Hauts-de-Seine), 2004 - 13,50 €

Quitter Saigon : mémoires de Viet Kieus de Clément Baloup, La Boîte à bulles, collection Champ libre, Antony (Hauts-de-Seine), 2006 - 13,50 €

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

beatrix delarue 08/03/2007 10:45

Ton blog est vraiment très agréable et je m'y suis promenée très longuement..je reviendrais très bientôt...

Jean-François 09/03/2007 23:31




merci