Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le feu de camp

6 Février 2007 , Rédigé par Jean-François Publié dans #L'air frais des cimes

Signes des temps
Soupirs de l’esprit
Musique tzigane
Chant et feu de camp

Boire cette eau de vie
qui coule au coin de nos lèvres
comme les larmes au bord des paupières
tout au long de nos joues
laissant une traînée blanchâtre
au goût de mer, amère
avant de se perdre sur les cols de chemises

Une guitare
une voix rauque et chaude
Des étoiles là-haut
dans ce bleu nuit profond du ciel
se confondent avec les braises rouges du foyer
Des flammes réchauffent nos cœurs
d’hommes et de femmes oubliés
loin des turbulences et des solennités
L’amitié s’affirme
les mains se lient
les jambes se délient
les hanches se déhanchent
les corps se rencontrent

Rythmes, nuits fraîches, flammèches
nos âmes pansent les plaies des armes
nos âmes pensent Lafargue, Iéfimovitch Novi,
Manet et son Origine du monde
Comme une absinthe à la terrasse d’un café
Comme un parfum de femme
une odeur envoûtante, entêtante, enivrante

Une nuit
Une mélodie
Un somme estival et chaloupé
 
                    
Jeff - dimanche 1er juillet 2001

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Gambadou 09/02/2007 21:23

Rien à voir avec le schmilblick... ( bien que ce morceau de poésie soit tout à fait adaptable en théatre)
Donc, je n'ai pas vraiment d'infos sur la troupe qui fait les "chocolats littéraires" mais tu pourras sûrement trouver des infos avec ce lien, ou en les contactant directement. Bonne recherche...
http://www.grand-cordel.com/index.php?Chocolats-litteraires