Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Génépi et l'Argousier

Une épatante aventure de Jules, La question du père d'Emile Bravo

16 Novembre 2006 , Rédigé par Jean-François Publié dans #Bandes dessinées

Jules est puni !
Motif : a séché le cours de gym pour aller au cinéma avec son copain Joris.
Punition : doit partir en stage de voile organisé par son école catholique.
Finalement Jules est bien content de se mettre au vert quelques jours, loin d'une ambiance familiale de plus en plus détestable. Entre un frère toujours aussi crétin et des parents qui n'arrêtent pas de se faire la tête, Jules doit trouver sa place. D'ailleurs, il se pose des questions. Il se demande si son père est véritablement son père ?
Jules est un jeune garçon éveillé et inventif, il vit des péripéties aux nombreux rebondissements. Dans ce cinquième tome, nous avons droit à un éclaircissement sur la génétique et sur nos diverses religions, à une partie de chasse catastrophique, à un stage de voile nautique organisé par une école catholique et à un sauvetage extra-terrestre !
Jules reste un adolescent dans son temps.

Loin d’être ennuyeuses, ces épatantes aventures didactiques de «Jules» sont vraiment formidables ! L'auteur amène le lecteur à se questionner sur des sujets d'actualité, d’ambitieuses réflexions humanistes en utilisant un biais philosophique ou scientifique selon le moment. Cela se fait sans rien enlever au plaisir de la fiction où suspens, humour, aventure et sentiments font bon ménage.
Le style graphique en ligne claire est soigné, la narration est vraiment efficace, les dialogues sont plein de verve. Les thèmes abordés réussissent à captiver et amuser le lecteur à tout âge (de 7 à 117 ans).
Respect du lectorat, sérieux du propos sont les deux principes qui semble guidé Emile Bravo.

"Je mets en scène des personnages complexes qui, un jour disent oui, et l’autre non. Jules fait l’expérience que le monde des adultes n’est absolument pas parfait. Dans ce monde, l’enfant est obligé de se plonger alors qu’il faut le remettre en question. Pour vivre en société, il faut être conscient, oublier le côté égoïste et tribal. On vit dans un monde capitaliste où la notion de profit est mise en avant. Il faut en changer. Mais je dis tout ça dans la joie et la bonne humeur, parce que malgré tout ça ce serait trop triste de passer sa vie nos vies à nous lamenter !" déclare Émile Bravo dans une interview accordée au Journal l’Humanité.

Lire l'intégralité de l'interview. Voir un dessin de Sawsin.
Lire un billet sur une autre série d'Emile Bravo.

Une épatante aventure de Jules, La question du père, d'Emile Bravo, Dargaud, 2006 - 9,80 €.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pilot 02/12/2006 18:27

Camille :
 

La question du père raconte l'histoire d'un petit garçon, julien qui est puni car il est allé voir un film alors qu'il aurait du aller en gymnastique. Je trouve cette BD très marrante, par exemple quand on sait que le frère de Julien va se faire planter un peau de cochon sur les fesses. Je suis pressé de lire les autres tomes.
 
 

Claude :
 

Une bien curieuse façon d'associer la baleine de Moby Dick, la recherche du père , l'inquisition et les Lois de Mendel (à ce propos, les petits pois étaient lisses ou rayés et non jaunes ou vert) le vocabulaire marin et les extra terrestres. L'ensemble est sympathique, le dessin agréable. Jules pourrait être "le petit Nicolas" quelques années après.
 
 

Le stage de voile a-t-il un rapport quelconque avec ce fait divers, vieux de quelques années, au cours duquel des enfants avaient trouvé la mort lors d'un stage de voile organisé dans une colonie religieuse ?

Jean-François 03/12/2006 01:17

Non, Claude, je ne crois pas qu'il y ait un lien... seul l'auteur pourrait nous le dire...

Florinette 17/11/2006 10:05

Vraiment tentant. Au moins le prix reste abordable, car j'ai vu des BD qui frolaient les 20 euros !!!

Bellesahi 16/11/2006 07:56

Oui je connais  ! Je suis souvent déçue par les deuxièmes livres ! Celui du chat, celui du loup ("c'est moi le plus fort"). Il n'y a plus l'effet de surprise. Mais les enfants adorent, et c'est eux qui choisissent !