Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Génépi et l'Argousier

L’arleri - Edmond Baudoin

4 Mars 2009 , Rédigé par Jean-François Publié dans #Bandes dessinées, #Edmond Baudoin, #peintre, #modèle

Un vieil homme peint une très jolie jeune fille qui pose nue devant lui. Un dialogue s’instaure entre le peintre et son modèle :

-    Elle : Vous êtes vieux.
-    Elle : Quel âge avez-vous ?
-    Elle : A quoi vous pensez ?
-    Lui : Tu me fais penser à ma mère.
-    Elle : Votre… ?

Leur conversation les conduit inéluctablement vers les souvenirs du vieil homme, ses premiers amours, sa façon de voir la vie, d’envisager les relations avec les femmes. Le vieil homme dit qu’il a passé sa vie à tenter de « mesurer la distance qui sépare l’homme de la femme ». Tout deux vont cheminer par un habile jeu de questions / réponses vers une approche de ce qui parfois ressemble à un fossé ou peu paraître tout aussi imprécis.

Edmond Baudoin joue avec ses personnages et entraîne ses lecteurs dans une valse colorée et chatoyante. Il dévoile l'intimité de chacun d'entre eux, comme il aime aussi se dévoiler lui-même, mais toujours avec pudeur, sensibilité, tendresse et intelligence, nous invitant ainsi à sonder notre propre intimité, à sonder nos secrets, à chercher nos propres réponses.
Son dessin accompagne merveilleusement les tâtonnements du peintre et de l’auteur, leurs découvertes communes de la sensualité, révélant la beauté des femmes, leur complexité et leur ambivalence. Une maîtrise parfaite de la couleur, des richesses chromatiques, font de ce maître du Noir et Blanc, un artiste joyeux, heureux de ses dessins, de sa peinture. L’arleri devient une nouvelle œuvre intimiste, qui donne à Edmond Baudoin l’occasion de continuer à questionner ses racines, fussent-elles familiales, intellectuelles, culturelles ou artistiques. L’homme, l'artiste, aime à se confondre avec ses personnages de fiction, jusqu’à devenir lui même jeune, vieux, homme, femme, peintre, modèle. La diversité des points de vue offre une illustration complète de l’humain dans toute sa complexité. L’amour, l’amitié, la rencontre entre deux êtres est le carburant de son œuvre créatrice… et de sa vie toute entière.

Merci monsieur Baudoin, pour le plaisir que vous partagez si chaleureusement. Lire aussi Roberto du même auteur.
Un billet chez Benoit.


L’arleri
Edmond Baudoin, Gallimard, collection Bayou, 2008 – 16,00 €


 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean--philippe 05/03/2009 18:33

Un dialogue subtil et savoureux entre une jeune femme et un peintre d'age mur . le vieil homme retrouve en la jeune femme sa jeunesse enfuit et la jeune femme y voit comme une fierté de voir ainsi son corps immortalisé sur la toile par les mains d'un génie du pinceau ! belle soirée !

Jean-François 10/03/2009 14:37



Merci beaucoup...