Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Génépi et l'Argousier

Perfect Blue de Satoshi Kon

7 Août 2009 , Rédigé par Jean-François Publié dans #Animation, dessin animé, anime, #Satoshi Kon


Allez, c'est dit cet été sera asiatique, après les manwha, deux films d'un réalisateur japonais talentueux.

Le premier long métrage de Satoshi Kon (今 敏), Perfect Blue (1997), est un polar formidable, un thriller psychologique même, pour un public grands ados et adultes.
Mina est une chanteuse pop au faite de sa gloire au sein de son groupe Les Chams. C'est alors qu'elle décide de changer d'orientation et souhaite devenir actrice. Mais nombre de ses fans sont mécontents et de nombreux assassinats déciment son entourage immédiat. Pour corser le tout Mina est empêtrée dans une tendance à la schizophrénie qui l'oblige à affronter un "double" (une sorte de conscience intérieure) qui dénigre les choix qu'elle fait. Mina joue un rôle difficile (une femme victime de viol et meurtrière à son tour) pour un téléfilm. Cette interprétation interfère avec sa vie, tant et si bien que nous sommes obligés de fournir un effort conséquent pour démêler le faux du vrai, l'imaginaire de la réalité (des réalités). L'intrigue entremêle ainsi les différents niveaux de conscience des personnages et joue avec le spectateur et sa capacité à percevoir ces différents niveaux. Cela contribue grandement au bonheur de voir un tel film et cette capacité à entremêler imaginaire et réalités perçues ou vécues va devenir la marque de fabrique de Satoshi Kon.
Le scénario est extraordinaire, à la limite hitchkockien sur certains aspects, mêlant des ambiances inquiétantes et insoutenables avec des moments de grâce admirablement bien dessinés, soutenu par une musique excellente.

Il y a longtemps, Paprika, un autre film tout aussi foisonnant et psychologique de Satoshi Kon et bientôt Millenium actress.

Un
article très complet sur Satoshi Kon sur dvdanime, deux autres articles sur film de culte et sur asiepassion.
 
Perfect blue
Satoshi Kon, Japon, Metropolitan, 1h21, 16/9 Compatible 4/3, Format cinéma respecté 1.85, - 1998.


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article