Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Génépi et l'Argousier

Persepolis de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud

11 Juillet 2007 , Rédigé par Jean-François Publié dans #Animation, dessin animé, anime

Aujourd'hui dans Libération deux pleines pages sont consacrées aux méfaits des mangas sur les moeurs nippones. Le titre inquiétant alerte les bonnes âmes sur, une nouvelle fois, une culture étrangère néfaste. Un nouveau procès se prépare sur un art majeur : la littérature.
Je ne peux concevoir, après avoir vu, ce soir, l'adaptation de la Bande dessinée de Marjane Satrapi, Persepolis, que le neuvième art ne soit pas tout simplement de la Littérature. Le Larousse nous donne cette définition :

Ensemble des oeuvres écrites ou orales auxquelles on reconnaît une finalité esthétique.

Qu'en est il des mangas ? Comme dans toute littérature, notamment celle à laquelle nous sommes habitués, il y a des chefs d'oeuvres, des tentatives ratées et une multitude de livres sans importance. Et on trouve aussi des oeuvres dérangeantes. Ces dernières abordent des sujets considérés comme tabous par la société. Chaque société étant différente et ayant développé une histoire culturelle qui lui est propre, les tabous divergent selon les pays. Mais les thèmes tabous se retrouvent partout : le sexe, la violence, la religion et la politique en sont les quatre principales mamelles. Seulement les réglages ne sont pas les mêmes : pas de poils par ici, pas de pénis par là, pas de politique en dictature...

Pourquoi tout ce raffut pour Persepolis (cf. la position de l'Iran lors du festival de Cannes) ? Justement parce que c'est une oeuvre engagée et esthétique, parcequ'à l'origine c'est une bande dessinée, parce que c'est un dessin animé (qui ne s'adresse pas exclusivement aux enfants, cette remarque n'est pas anodine...), parcequ'il est question de sexe, de violence, de politique et de religion, parcequ'il ne faut pas occulter que l'histoire de Persepolis est autobiographique et contemporaine. Car l'atome iranien et l'art de
Marjane Satrapi sont intimement liés : s'il est alors question d'irradiation, il nous faut militer et nous battre pour que l'oeuvre de Marjane Satrapi soit partout entendue et qu'elle dépasse sa position nucléaire initiale (celle d'un témoignage individuel).
Le coeur de cette histoire, admirablement bien retranscrite, tant dans l'écrit que dans les dessins (fixes ou animés), est double. Il s'agit d'un témoignage personnel et incomplet, mais néanmoins cohérent et juste, sur l'histoire contemporaine politique et religieuse de l'Iran moderne, mais il s'agit aussi du récit d'une vie, de l'enfance à l'aube de l'âge adulte, d'une personne de sexe féminin dans ce contexte si particulier. Le moteur de l'histoire se situe dans la percussion entre des évènements dramatiques nationaux et des tourments personnels, dont les sources se situent dans les affres de l'adolescence, et celle de l'immigration.
La tendresse, l'humour, le sérieux, la précision employée par
Marjane Satrapi font de cette oeuvre visuelle (et de son adaptation / prolongement cinématographique) un monument littéraire.

Voir le site du film chez Sony.

Plusieurs billets sur Marjane Satrapi et Ajdar dans ce blog et ailleurs :
la BD Persepolis : Mes lectures, Sophie, Hervé, Papillon,
Nicolas, Lo...
le film Persepolis : Cathe...

La page My Space qui est consacré aux auteurs et à leur oeuvre (merci ma griotte).

Persépolis, tomes 1 à 4,
de Marjane Satrapi, éd. L'Association, Paris, 2000 à 2003
Persépolis

de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud (alias Winshluss), avec les voix de
Catherine Deneuve, Danielle Darrieux, François Jerosme, Simon Abkarian, Chiara Mastroianni, Gena Rowlands..., diffuseur Diaphana film.

 
   

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ale 21/02/2009 09:42

Je ne suis pas d'accord pour les manga, j'en lis plein ( bon bien sur des bien) mais je trouve sa génial !!

Jean-François 28/02/2009 23:50


moi aussi...


dasola 11/03/2008 15:04

N'ayant pas du tout aimé la bande-annonce, je suis allée quand même voir ce film et ce fut une révélation. J'ai tout aimé : l'histoire, l'animation, les voix. C'est drôle et triste. J'ai été passionnée de bout en bout. Et dans la salle, il n'y avait  pas un enfant mais des adultes comme moi qui ont applaudi à la fin.

Jean-François 15/03/2008 23:56

Bravo, j'applaudis des deux mains !

choylee 24/07/2007 10:42

http://choylee.miniville.fr/

Jean-François 23/04/2015 17:20

Comme les sourds, en secouant la main !

Moi 23/04/2015 15:38

Comment veux-tu applaudir d'une seule main --'

sylvie 17/07/2007 18:21

très bon billet ! j'ai adoré persépolis, et aussi poulet aux prunes et broderies. J'ai courru voir le film d'animation, et je vais très rarement au cinéma, c'est dire! ce film est excellent aussi! merci pour les liens.

Jean-François 19/07/2007 09:22

à très bientôt et encore bravo pour ton magnifique diaporama sur Là où vont nos pères de Shaun Tan...

libralato 17/07/2007 12:07

Il faut ABSOLUMENT que j'aille le voir !!! Merci pour cet article qui m'a beaucoup renseigné.A bientôt! mais avant de partir, je vais  proposer ma définition au jeu du dromadaire ^^

Jean-François 19/07/2007 09:18

pour patienter il y a aussi les livres...dis-moi ce que tu en as pensé ensuite...

christophe fétat 15/07/2007 18:27

je suis allé lire les pages de Libé que tu mettais en lien. Elles posent le débat autour de l'exemple nippon pour se demander si les mangas ont une fonction cathartique ou s'ils elles sont une incitation au passage à l'acte de jeunes gens perturbés.Il n'y a pas si longtemps on posait la même question à propos des jeux de rôles, des comics ou plus simplement de la télévision. Fin 19ème c'est le genre romanesque qui aujourd'hui fait l'unaniméité mais qui hier faisait l'objet de ce genre de critique.Peu importe le vecteur culturel, la culture continuera d'interroger nos sociétés sur ce qu'elles ont été, ce qu'elles sont et ce qu'elles pourraient devenir. Ce qui ne dédouane en rien tout un chacun de développer son sens critique pour évaluer l'intérêt de chaque support  qu'il découvre.

Jean-François 19/07/2007 09:16

et le débat d'idée initié par ces oeuvres est donc essentiel...

christophe fétat 15/07/2007 18:13

Oui la littérature sous toutes ses formes dérangera toujours ceux qui ne veulent pas que les individus puissent penser par eux-mêmes. Faudra que ej me procure les deux pages de libé dont tu parles pour voir de quelle façon ce journal aborde la question : simple évocation de l'impact des mangas sur la société nippone et/ou critiques de l'impact présumé en France car j'avoue ne pas avoir saisi exactement  ton introduction.Je déoucvre également ton article sur la biographie de Marjane daté de nov 2006. Je le rajoute en lien à ma propre chronique du film.

Jean-François 19/07/2007 09:15

les deux pages sont en lien dans le billet...

Marc Duboisé 14/07/2007 12:22

A voir !

Jean-François 19/07/2007 09:14

et à lire...

Cerise griotte 12/07/2007 16:19

Que c'est beau ce que tu dis, un petit lien supplémentaire

Jean-François 13/07/2007 00:30

Merci ma griotte j'ai mis ton lien dans le corps du message, la page MySpace est celle des auteurs...

cathe 12/07/2007 09:09

Très bon commentaire qui replace l'oeuvre dans son contexte. Et je ne peux que conseiller à tout le monde d'aller voir ce film.

Jean-François 13/07/2007 00:29

Merci Cathe, empruntons les routes de l'imaginaire et chassons l'obscurantisme...