Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A praga, la plaie - Hélène Robert et Jérémy Perrin

13 Juin 2018 , Rédigé par Jean-François Publié dans #Cinéma documentaire, #Label IB, #Hélène Robert, #Jérémy Perrin, #Porto, #Portugal, #mouette, #Relation Homme - Animal

A praga, la plaie - Hélène Robert et Jérémy Perrin

Porto, au Portugal, les mouettes ont pris possession, petit à petit de la ville. Animaux doués d’une grande intelligence, ils sont capables de mémoriser les habitudes des gens et d’adapter leur comportement. Trouver sa pitance, se reproduire, construire un nid, élever ses petits, les mouettes luttent pour leur espace, quitte à agresser parfois les hommes.

Ces derniers réagissent différemment : certains étudient les oiseaux, d’autres les nourrissent (malgré l’interdiction), d’autres les chassent, nombreux sont ceux qui s’en accommodent malgré les nuisances (guano, bruit, attaque…).

Les réalisateurs, Hélène Robert et Jérémy Perrin, nous offrent un portrait étrange de la ville par le biais des relations entre ces oiseaux et les habitants. Légendes urbaines construites autour des oiseaux, présence réelle, la lutte entre hommes et oiseaux est présentée comme une enquête dramatique à l’issue incertaine, d’autant que parmi les différents protagonistes les tentatives de rapprochement existent. Et si les oiseaux révélaient en nous notre animalité, s’ils n’étaient que le reflet de nos sociétés égoïstes et cruelles.

 

Le montage est habile et favorise la perte de repère. Que voit-on ? Un reportage animalier, le portrait cinématographique d’une cité portugaise, la lutte des habitants contre le fléau que représentent les oiseaux, la narration des relations entre l’homo urbanicus et l’oiseau anthropomorphe ? Les réalisateurs s’amusent de ces ambiguïtés.

En prenant le parti de la dramatisation, ils ont réussi à construire un objet filmique passionnant qui contribue à documenter avec exhaustivité de la question des relations entre hommes et oiseaux, de la capacité des hommes à accepter l’incertaine présence de la nature en ville.

 

On pense au film Territory d’Eleanor Mortimer, court métrage de la sélection du Réel 2015, sur les macaques de Gibraltar.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article